Le régime fiscal de la société civile de moyens (SCM) décrypté par un avocat

Le choix du statut juridique et fiscal d’une entreprise est une étape cruciale pour les entrepreneurs. Parmi les différentes formes juridiques, la société civile de moyens (SCM) est un outil intéressant pour les professionnels libéraux souhaitant mutualiser leurs moyens tout en conservant leur indépendance. Cet article se propose de vous éclairer sur le régime fiscal applicable à ce type de structure et ses implications pour ses membres.

Définition et caractéristiques d’une SCM

La société civile de moyens (SCM) est une structure juridique permettant à des professionnels libéraux d’exercer leur activité en commun, sans pour autant créer une société commerciale. Elle a vocation à mettre des moyens matériels et humains en commun, afin de réaliser des économies d’échelle et faciliter l’exercice professionnel de ses membres.

Les principaux avantages de la SCM résident dans sa souplesse juridique et fiscale, ainsi que dans sa capacité à préserver l’indépendance professionnelle de chacun de ses membres. En effet, chaque membre conserve son propre cabinet ou bureau, sa clientèle et son chiffre d’affaires, tout en bénéficiant des services et du matériel mis à disposition par la SCM.

Régime fiscal applicable à la SCM

Contrairement aux sociétés commerciales, la SCM n’est pas soumise à l’impôt sur les sociétés (IS). En effet, elle n’a pas pour objet la réalisation de bénéfices et ne perçoit donc pas de revenus directement liés à l’activité professionnelle de ses membres. Elle se contente de percevoir des recettes destinées à couvrir les charges qu’elle engage pour le compte de ces derniers.

Autre article intéressant  Les conséquences juridiques de la construction sans permis de construire

Le régime fiscal applicable aux SCM est celui de la transparence fiscale. Concrètement, cela signifie que les résultats de la SCM sont attribués directement aux associés, proportionnellement à leurs parts dans la société. Chaque associé doit donc déclarer sa quote-part des résultats dans sa propre déclaration d’impôts, selon le régime fiscal qui lui est applicable en tant que professionnel libéral (impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux – BNC).

Obligations comptables et déclaratives des SCM

Comme toute société, la SCM doit tenir une comptabilité régulière et conforme aux règles en vigueur. Cette comptabilité doit notamment permettre de retracer l’ensemble des opérations financières réalisées par la SCM pour le compte de ses membres (recettes encaissées, charges engagées, etc.).

En outre, chaque année, la SCM doit établir un bilan, un compte de résultat et une annexe, qui doivent être soumis à l’approbation des associés lors de l’assemblée générale ordinaire annuelle. Ces documents comptables doivent ensuite être déposés auprès du greffe du tribunal de commerce, dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur.

Enfin, la SCM doit également remplir certaines obligations déclaratives auprès de l’administration fiscale. Elle doit notamment déposer chaque année une déclaration des résultats (formulaire n° 2072), qui permettra à l’administration de vérifier le montant des recettes et des charges imputées aux membres de la SCM.

Implications pour les membres d’une SCM

Les associés d’une SCM doivent intégrer leur quote-part des résultats de la société dans leur propre déclaration d’impôts. Ils sont ainsi imposés sur les revenus provenant de leur activité professionnelle libérale et sur ceux correspondant à leur participation dans la SCM. Il convient donc pour chaque membre de bien anticiper les conséquences fiscales de cette double imposition.

Autre article intéressant  Contrat de travail en CDI : comment se déroule la mise en place d'un accord d'intéressement ?

Par ailleurs, il est important de noter que les membres d’une SCM demeurent soumis aux cotisations sociales correspondant à leur activité professionnelle. Ils doivent donc continuer à cotiser auprès des organismes compétents (URSSAF, CIPAV, etc.), en fonction de leur statut (salarié, travailleur indépendant, etc.) et de leur régime fiscal personnel.

Points d’attention et conseils pratiques

Pour optimiser le fonctionnement et la gestion d’une SCM, il peut être utile de recourir aux services d’un expert-comptable ou d’un avocat spécialisé dans le droit des sociétés. Ces professionnels pourront notamment vous conseiller sur les formalités juridiques et fiscales à respecter, ainsi que sur la rédaction des statuts de la SCM et des conventions d’apport en jouissance ou en usufruit des biens mis à disposition par les membres.

Il est également recommandé de bien définir les règles de répartition des charges entre les membres de la SCM, afin d’éviter tout litige ultérieur. La transparence et la communication entre les associés sont en effet essentielles pour le bon fonctionnement de la société.

Enfin, il peut être intéressant d’envisager la création d’une société civile immobilière (SCI) en parallèle de la SCM, notamment si celle-ci a vocation à acquérir ou gérer un immeuble destiné à l’exercice professionnel des membres. Cette solution permettra d’optimiser la gestion patrimoniale du bien immobilier et d’offrir une plus grande sécurité juridique aux associés.

Ainsi, le régime fiscal de la société civile de moyens (SCM) présente plusieurs avantages pour les professionnels libéraux souhaitant mutualiser leurs moyens tout en conservant leur indépendance. Toutefois, il convient de bien maîtriser les obligations fiscales et comptables qui lui sont applicables, afin d’éviter tout risque de redressement ou de litige entre associés.

Autre article intéressant  La convention Aeras : implications juridiques pour les personnes à risque